LE JOURNAL - LE CANARD AGITE


Le Canard Agité est une revue éditée et mise en ligne par l’association Concerthau

Le Canard Agité N°10 - Juin 2009

Sommaire

Actualités : Qu'on se le dise

Soirée Poésie : Bernard Dimey

La Crise et la Grève

 

Rédactrices en chef : Ginou, Carole, Joe
Secrétaires : Nina, Evelyne
Maquettiste : Laurent
Dessins : Alain Zarouati
Journalistes : Claudette, Carole, Isabelle, Marie, Eglantine, Iréna,
Tamimount, Zineb, Ikram, Sylvia, Moumia, Sahla, Monni, Nadine, Alia, Fatima, Louiza, Jean-Luc.


 

 

 

 

 

 

Editorial

Alors que la crise financière mondiale bat son plein et déverse sur les trottoirs les travailleurs qui vont grossir le flot de demandeurs d'emploi, voilà que surgit la grippe, elle aussi mondialisée, mexicaine ou porcine voire H1N1.
La première, provoquée par les vautours de la Finance, l'autre par les élevages industriels toutes deux résultant de la course effrénée aux profits que se livrent les grands groupes à l'échelle de la planète.
Catastrophe ! Pandémie !
Plans de sauvetage des entreprises adossées à des plans de licenciements massifs et de délocalisations.
Principe de précaution, alerte 6 et pas de vaccins...
Nous vivons une époque formidable !
Tousse ensemble, tousse ensemble !

Joe


 

 

 

 

 

 

 


Actualités : Qu'on se le dise ...

   
  Le mardi 9 juin 2009, au théâtre de la maison du peuple de BALARUC LES BAINS avait lieu une représentation donnée par la Cie Théâtrale de la Mer.
DES AMOURS DÉSAMOURS présentait des textes de Samuel Beckett,
Pierre Corneille, Jean Genet, Moni Grégo, et autres...
Une soirée bien rythmée, entre textes déclamés sur scène (Tartuffe, Don Juan, Le Banquet de la Sainte-Cécile...) et la réalisation vidéo.
Nous avons assisté à la restitution d'un travail très dense entre personnages déjantés et classiques, et à une belle leçon de solidarité des acteurs.
  Lecture et thé noirs pour les seniors 
Concerthau passera la frontière de Sète à Frontignan et pénètrera à pas de loup au domicile des personnes âgées avec comme passeport la lecture à voix haute, lectures de faits divers écrits dans le cadre d’ateliers d’écriture conduits par Philippe Dell’Ova.
 

 
Lecture et thé noirs pour les seniors 
Concerthau passera la frontière de Sète à Frontignan et pénètrera à pas de loup au domicile des personnes âgées avec comme passeport la lecture à voix haute, lectures de faits divers écrits dans le cadre d’ateliers d’écriture conduits par Philippe Dell’Ova.
 

  Le Café Philo se repose de toutes ses réflexions et prend des vacances...
Rendez Vous à la rentrée !!!
Le Because Bar - 9 rue Victor Anthérieu - Frontignan
www.lebecause.com - Tél 06 62 62 50 58
 

   
  L’association Concerthau sera fermée le mois d’août,
faites donc chauffer vos stylos sous le soleil pour une rentrée en Septembre !

La soirée poésie de Benard Dimey

La soirée poésie du 15 Juin 2009 nous réunira autour de Bernard Dimey, né en 1931 et mort en 1981.
Il commence à faire de la radio, puis écrit dans la revue Esprit. Il s'intéresse aussi à la peinture.
Il s'installe sur la butte Montmartre où il fréquente dans les bistrots poivrots, putes...
Ses textes seront chantés par des artistes de renom : Aznavour, Patachou, les Frères Jacques, et bien d'autres.

Quel bazar !

Mon bazar d'vie
Vie en ronron
De patachon
Mon bazar d'vie
Mais c'est la nuit
Que je l'oublie
J'passe par là, par ici

Mon bazar d'vie
Vie où j'fiche rien
Sauf le malin
Mon bazar d'vie
Le soir j'viens vous visiter
Vous me voyez pas passer
J'me fonds dans l'obscurité

Mon bazar d'vie
Vie où j'me prélasse
Où rien n'se passe
Mon bazar de vie
Bientôt vous aurez remarqué
Que j'suis venu vous visiter
Grâce à votre coffre vidé

Isabelle

Mes pauvres d'entre les pauvres !

Mes pauvres à moi sont connus, ils se connaissent entre eux. Il y a des jeunes et des vieux.
Ça se lave la tête avec du vinaigre, ça boit au robinet ou ça dépend si ça arrive à crécher chez Lapègre, alors ils sentent plus le aigre mais le whisky !
Mes pauvres de moi sont mes deux guibolles, elles avaient, avant, le rôle de se tenir debout, mais depuis elles ont fait un rejet de société - les lâches !
Elles m'ont lâché !
Mes pauvres associés de cousins assujettis à ma misérable famille, se sont appauvris du tiroir, aux frais d'une intrigante à histoire, une banque non ravitaillée en permanence en billets de banque de France ! Tout dépités, certains de mes pauvres réputés ont raté leurs anniversaires, ils se sont retrouvés grabataires ! D'autres ont pourri tout de suite, à cause de complications aggravées et de désordre organisé. C'est aller plus vite ! On s'en est débarrassé !
Je suis entouré de quelques filles pauvres, qui le savent, et n'en font pas une maladie.
Certaines ont une jolie mine mais les lèvres gercées, d'autres ont la langue chargée de vitamines qui les ravitaillent, d'autres bataillent le pavé avec leurs bas résille.
J'en connais quand même qui sont des saintes, d'autres qui, d'un coup, sans le savoir, sont enceintes ! Les pauvres, entre elles, se congratulent. Il y en a même une qui déambule sur le trottoir, c'est Pétronille !
Claudio

Claudio

Mon avenue éclairée

Mon avenue éclairée
Éclairée de clarté
De lumière

Mon avenue éclairée
Rien qu'en me promenant
Me chauffe le cœur

Mon avenue éclairée
Me rend passionnée
Avec envoûtement
Tout en me protégeant

Mon avenue éclairée
Tout habillée
Ça me fait vibrer
C'est sacré, faut pas toucher

Mon avenue éclairée
C'est mon truc, mon abîme
Ma préférée, faut pas la brimer
Mon avenue éclairée
Rien qu'en passant
Vous fait danser
À tout jamais
Émerveillée

Marie

La Crise et la Grève

Un jour, les cours ont chuté, Et moi… parachuté,
La boîte a coulé, mais pouce,
On va se la couler douce, La pilule, on va… se la dorer,
J’ai le parachute… chut ! doré

Alain Souchon

un costume un peu trop grand

Dans son costume un peu trop grand
Le président se prend pour un géant
Il est en train de tout saccager
Peuple français, il va falloir s'organiser

Les écoles ferment (èment)
Les tribunaux s'en mêlent (èlent)
Tout est calme, délocalisé
Entends-tu le vol plané
Des parachutes dorés ?

Demain matin il faudra bien
Retourner à Intermachin
Pousse ton caddie, fais pas ton malin
Les mousquetaires encaissent le butin

Service public (ique)
Bientôt plus de fric (ique)
On ira tous naviguer
Pour Bolioré et ses privilégiés

Demain matin tu sentiras
Les policiers ont de très gros bras
Les étrangers ne seront plus là
Au pays de Caria et Nicolas

Travailler plus (usse)
Faut-il que je pusse (usse)
Même pour un euro de plus
Me payer l'autobus

Le Président toujours content
Avec sa Rolex arrive à temps
Casse toi pauv'con, je passe devant
Je suis petit mais je suis tout puissant

Pouvoir d'achat (ah ! ah !)
Ah ne m'en parlez pas ah ! ah ! ah !
Je suis aussi dans le caca
Avec les disques que Carla ne vend pas !

Denis

 


La Souris Verte

sur l'air de « une souris verte... »

Un petit C.R.S.
Qui courait dans la rue
On l'attrape par les fesses
On lui crie hue ! hue ! hue!

Les manifestants disent
Faut qu'on le déshabifie
trempons le dans la Seine
Ca fera une baleine
Trempons le dans l'eau
Ca fera un maquereau

On l'a trempé dans l'eau
Il a fait crac ! hue ! ho!
On l'a mis en voiture
Il a fait tut ! tut ! tut !
L'ont mis sur la chaussée
a lâché un gros pet.

P'tit C.R.S. va aller
Tout droit à l'Elysée
Va dire au grand Sarco
Qu'il supprime les impôts
Qu'il augmente les salaires
Tra la la, tra la lère.
Qu'il nous donne des vacances
Qu'il nous donne la pitance
Trois mois de congés payés
Et grand bal à l'Elysée
Oh yé Oh yé Oh yé.

Si tu n'obtiens pas cela
Tu vas être dans le caca
On te bottera le cul
A grands coups de hue ! hue ! hue !

P'tit C.R.S a détalé
Sur les grands Champs Elysées
Arrivé devant Sarco
Il a fondu en sanglots

C.R.S. on aura ta peau
On continuera le début
C'nest pas une cause perdue

Gisèle

 

La Chanson des Grèves

Trente jours de grève trente jours de grève grève grève
Grève à rallonge .....
Longer les rues ......
Rudoiement .....
Mentir au peuple
Peuple affolé
Les galères
l'ère de la crise
Crise de nerf
Nerf à vif
Vifement l'changement
d'mentalité
Taisez vous
Vous avez voté
Voté la grève
Gréviste d'un jour, gréviste toujours
Jours non payés
Y'é l'avez voulu ....


Sylvie

 

Lip Lip Lip, hourra!

sur l'air de « la mauvaise réputation... »

Lip Lip Lip, hourra!

Lip Lip Lip, hourra !

Le trent'mai soixant'-huit est mort
on nous l'a dit à la radio
p't-êt'e qu'on nous prend pour des idiots
car par chez nous il bouge encore
On ne fait pourtant de tort à personne
en acceptant plus les miett's qu'on nous donne
Mais l'patron et toute sa clique
veulent qu'on se retrouve en slip
à bouffer 'vec un élastique
ça pas question on est les Lip
On ira jamais cul tout nu
sauf à la plag' bien entendu
Ils veulent fermer not'usine
nous on s'enferme à l'intérieur
le patron en a des vapeurs
on fait la une des magazines
On ne fait pourtant de tort à personne
en r'fusant que l'heur'du chômage sonne
Mais l'patron et toute sa clique
veulent qu'on se retrouve en slip
à bouffer'vec un élastique
ça pas question on est les Lip
On ira jamais cul tout nu
sauf aux toilett's bien entendu

 

On gamberge et ça donn' ceci
sans nous aut' pas de production
oui mais voilà sans les patrons
est-ce que ça tournerait aussi
On veut fair' pourtant de tort à personne
en supportant plus qu'on se paie not'trogne
Mais l'patron et toute sa clique
veulent qu'on se retrouve en slip
à bouffer'vec un élastique
ça pas question on est les Lip
On ira jamais cul tout nu
sauf en privé bien entendu

On essaie v'là que ça fonctionne
on fait des montres à tour de bras
qui n'en veut qui n'en a donc pas
tout l'monde en veut même les nonnes
On n'a jamais fait de tort à personne
en refusant qu'on nous prenn'pour des pommes
Le patron et toute sa clique
espéraientt bien nous voir en slip
mais depuis on leur fait la nique
on bouge encore on est les Lip
On a jamais montré nos culs
sauf aux patrons bien entendu

Shosha